Chat perdu/abandonné/errant

Avant de lire ce petit mode d’emploi pour apprendre ce qu’il convient de faire, merci de bien noter que tous les bénévoles actifs de l’Ecole du Chat du Boulonnais, sont des personnes actives, qui travaillent à plein temps. Ces personnes consacrent plusieurs heures à la cause animale tous les jours, et, souvent au détriment de leur propre vie familiale personnelle. Le mot d’ordre ici est donc implication et engagement personnel. Nous vous aidons mais nous ne sommes en aucun cas vos larbins. La politesse est également appréciée. Nos membres ont des engagements forts, qui méritent votre respect.

Il vous faut avant toute chose, organiser des recherches au cas où le chat soit seulement perdu et recherché par ses maîtres. Ces recherches doivent être approfondies. Il ne s’agit pas simplement de demander à 2/3 voisins s’ils connaissent le chat. « Approfondi », cela signifie tout mettre en oeuvre pour rechercher d’éventuels propriétaires.

Cela commence par la vérification de l’identification. Un chat peut être identifié par tatouage (visible dans l’oreille), ou par puce électronique. Cette dernière est invisible à l’œil nu, puisqu’il s’agit d’une micro-puce de la taille d’un grain de riz implantée sous la peau. Elle se vérifie chez le vétérinaire au moyen d’un lecteur de puce, c’est un acte gratuit qui prend 30 secondes et ne nécessite pas de prendre rendez-vous : il vous suffit de vous présenter à l’accueil avec le chat. Si vous n’avez pas de caisse de transport, généralement les vétérinaires peuvent en prêter une, ou nous pouvons également le faire. A noter que le tatouage est (malheureusement) voué à disparaître, donc de plus en plus de chats sont identifiés par puce. Si le chat est identifié, le vétérinaire pourra obtenir auprès du fichier national félin les coordonnées de ses maîtres et les contacter.

Ensuite si le chat n’est pas identifié, il vous faut faire une enquête dans le quartier et les alentours, où vous avez pris en charge le chat (un chat non-stérilisé et/ou affamé peut parcourir plusieurs kilomètres). Cela implique de :

  • Questionner les habitants : Savent-ils à qui appartient le chat ? d’où il vient ? l’ont-il déjà vu dans le quartier ? depuis combien de temps ? Il faut les questionner en nombre..
  • Mettre des affiches (en nombre) dans les commerces, chez les vétérinaires, bref dans tous les lieux de passage, signalant le chat comme étant trouvé.

Il vous faut également signaler le chat aux refuges et associations de la région, à la mairie, à la gendarmerie, aux vétérinaires, à la fourrière : tous les endroits où sont susceptibles d’aller des maîtres ayant perdu leur chat.

Il vous faudra également passer des annonces sur Internet, notamment sur le site http://www.chat-perdu.org  et  https://www.petalert.fr  mais aussi nous envoyer des photos avec l’ensemble des renseignements que vous avez pour faire une annonce sur le site Facebook de l’association.

Toutes ces démarches vous incombent, vous qui avez pris la responsabilité de recueillir ce chat. Nous ne sommes pas là pour les faire à votre place.

Et s’il s’avère après ces recherches, mais uniquement après que toutes les recherches citées ci-dessus aient été faites, personne ne le réclame, nous verrons si nous pouvons le prendre en charge. Sachant que, les demandes de prise en charge étant de plus en plus nombreuses, et nos places limitées, nous sommes en permanence complets, pour ne pas dire saturés. Donc le chat trouvé sera placé sur liste d’attente, le temps qu’une place se libère. L’attente peut être longue (plusieurs semaines, voire plusieurs mois…) donc il faudra que vous gardiez le chat chez vous en attendant. Vous pouvez aussi, pour gagner du temps et pour une prise en charge plus rapide, vous proposer d’être sa famille d’accueil. Pour ce faire, il vous faudra remplir le formulaire de famille d’accueil sur notre site : cliquez-ici. L’un de nos chargés des familles d’accueil vous contactera alors pour vous expliquer les modalités.

Si vous savez pertinemment que vous ne pourrez pas le garder chez vous, ne le recueillez pas !

Beaucoup de gens nous appellent pour nous dire qu’ils ont recueilli un chat mais qu’ils ne peuvent (ou ne veulent…) pas le garder, même temporairement… et préfèrent nous harceler ou nous menacer du service de capture animalier et de la fourrière pour que nous le prenions en charge rapidement. Ceci n’est pas acceptable… Nous couperons court à toute négociation de prise en charge éventuelle.

C’est à chacun d’assumer ses sauvetages,

pas seulement à nous. Nous voulons bien aider, mais il faut que chacun y mette du sien, et n’attende pas tout de notre association, qui a ses limites, à commencer par des limites de place, des limites de budget, mais aussi de temps libre. Je rappelle que nous sommes tous bénévoles, avons pour la plupart des emplois et une vie de famille également. Nous attendons donc de la part de toute personne nous contactant, un engagement personnel et une implication forte.